Bing et Facebook : l’alliance qui peut faire trembler Google

6

bing-facebook

Après l’entente Yahoo! / Microsoft et le partenariat avec Facebook, que nous réserve le numéro 2 des moteurs de recherche ?

Avec un nom digne de Rowan Atkinson, Bing faisait vraiment peine à voir à son lancement. Optimisé pour une résolution en 1024, avec une ergonomie pauvre et des résultats peu pertinents, le moteur de recherche se devait de faire preuve d’inventivité pour concurrencer Google.

Rechercher une personne sur facebing

emilie-fox

Au même titre que les insertions Youtube sur Google, Bing proposera bientôt les remontées des personnes dans ses résultats de recherche sous forme de vignettes. Nombre d’amis en commun, ajout aux amis et envoi de messages seront possibles en un clic.

Les résultats de recherche sont ils aimés par vos amis ?

like-iron-man

La graph API a été exploitée pour faire remonter les J’aime de vos amis sur vos résultats de recherche.

Idée intéressante en théorie, mais qui lève quelques questions existentielles :

  • Y aura t il un impact direct (positif ou négatif) dans l’algorithme de Bing ?
  • Y aura t il du « Like-bombing » (désolé pour le néologisme) pour mieux faire remonter les sites ?
  • Le J’aime est-il un vrai signe de pertinence dans un résultat de ses recherches ?
  • Google exploitera-t-il à son tour des données Facebook (ou d’Orkut ou de Google Buzz) en plus de la remontée des données Twitter ?

Tout dépend de l’usage que l’on souhaite faire d’un moteur de recherche…

Après l’intégration de Bing comme moteur de recherche de Facebook, l’intégation de Bing Maps dans Facebook Places, il est temps pour Microsoft d’utiliser les données de Facebook.

Charger les commentaires

6

Commentaires

  1. Robin Azéma Répondre

    L’allusion à Rowan Atkinson m’a arrachée un éclat de rire 😉

    Ben ça promet tout ça, très clairement il y a encore peu je ne voyais en bing qu’un moteur de recherche fantôme, fait par Microsoft parce que c’était quand même the place to be pour un géant pareil mais à mon sens sans aucune raison de devenir une référence, et là c’est clair qu’une telle alliance peut devenir très dangereuse pour Google. Très intéressant, les prochains mois vont être le théâtre d’une bataille de plus, sur le secteur des moteurs de recherche (ou pas).

    Je vais juste chipoter sur l’usage du terme « ergonomie » dans l’article, qui est à mon sens mal employé (comme souvent en réalité dans le monde du web) : à la rigueur, on peut dire une « absence d’ergonomie » ou « peu de soins apportés à l’ergonomie » mais une « ergonomie pauvre » est mal utilisé pour moi, l’ergonomie étant initialement une discipline visant à adapter le travail/système/outil à l’homme ; on peut parler d’ergonomie pour dire à quel point un site est adapté ou pas à ses utilisateurs (facile à utilisé, agréable, guidant, incitant à y revenir etc.). Bref, il me semble que c’est légèrement mal employé (je chipote je chipote mais au final merci quand même pour l’article).

Laissez un commentaire :

  • (will not be published)