CPF : Vérifiez votre éligibilité à l’exonération du nouveau reste à charge de 100 euros pour une formation

Sophie Laurent

Le décret instituant un reste à charge de 100 euros pour les salariés qui sollicitent une formation via leur compte personnel de formation (CPF) est désormais en vigueur depuis le 2 mai 2024. Cependant, certaines exemptions sont prévues.

Publié au Journal officiel le 30 avril 2024, ce décret concerne principalement les personnes sans emploi et certains salariés. Ces derniers peuvent demander à leur employeur de prendre en charge cette contribution. De plus, les travailleurs bénéficiant d’un abondement de leur employeur pour leur formation ou ceux en reconversion sont également dispensés de ce reste à charge.

Le montant de 100 euros sera ajusté chaque année le 1er janvier en fonction de l’indice des prix à la consommation des ménages. Si le crédit CPF ne couvre pas tous les frais de la formation, des financements complémentaires peuvent être obtenus auprès de l’employeur, des autorités régionales ou locales, ou encore de France Travail.

La réaction des internautes face à la mise en place du reste à charge de 100 euros pour les formations via le CPF est mitigée :

  • Certains voient cette mesure comme une pénalité décourageante, préférant des contrôles renforcés ou des limitations sur certaines formations.
  • D’autres estiment que cela n’arrêtera pas les abus, pointant du doigt ceux qui utilisent les formations pour éviter de travailler.
  • Des questions se posent également sur les formations obligatoires et sur la possibilité de les prendre en charge.
  • Certains estiment que le reste à charge de 100 euros est déjà insignifiant et suggèrent de l’augmenter.
  • D’autres soulignent les abus passés et les détournements du CPF qui ont conduit à cette mesure.
  • Il y a également des remarques sur les formations personnelles visant à obtenir des congés supplémentaires.
  • Enfin, des discussions émergent autour de la possibilité de suivre des formations pendant le temps de travail et de l’impact sur l’entreprise.
Lire aussi  Blockaid, la start-up israélienne qui sécurise le Web3, lève 33 millions de dollars

Partagez avec vos amis !

Facebook
Twitter
WhatsApp
LinkedIn

Soutenez-nous en nous ajoutant à vos favoris Google Actualités

A lire aussi