A vos réactions, prêts ? Partez ! Facebook dévoile 5 nouvelles réactions

0

facebook emotions smiley reactions

Ça y est, Facebook vient de déployer mondialement ses réactions, prolongations du bouton « J’aime ». La nouveauté circule déjà très largement, les #FacebookReactions fusent sur Facebook et Twitter. Pourquoi un tel développement, et quelles sont ses implications pour les marques ?

facebook emotions smiley reactions

Du partage d’opinions au partage de sentiments

Lors du lancement de son bouton « Like », Facebook répondait à une demande émergente : le besoin de ses utilisateurs de manifester leur intérêt. Facebook en profitait pour mieux connaitre ses utilisateurs et ainsi permettre aux marques de mieux les cerner grâce au ciblage comportemental.

Devenu icône d’une génération connectée, le « Like » n’en reste pas moins limité. L’évolution de ce bouton « J’aime » est donc la suite naturelle des sentiments humains (selon Mark Zuckerberg) : après un an de tests aux Etats-Unis, entre sondages et focus groups, le géant de Palo Alto a retenu 6 émotions, issues de l’analyse des commentaires de ces groupes, de leurs comportements…et de leurs réactions.

Surfant sur une autre tendance de ces dernières années, les émoticônes, Facebook a trouvé le format idéal pour offrir une palette de réponses à ses utilisateurs :

  • Les nouveaux émoticônes Facebook sont exportables et ne connaissent pas la barrière de la langue. Il s’agit d’un moyen efficace de communiquer une émotion de façon internationale, sans se heurter aux divers degrés exprimés selon la culture du pays.
  • A l’heure de la rapidité de l’information et de la communication, ce format répond à l’adage « un bon schéma vaut mieux qu’un long discours ».

Ces nouveaux boutons d’émotions Facebook sont visibles en maintenant appuyé le bouton  «J’aime» sur les écrans tactiles, ou en positionnant le curseur de votre souris dessus.

 

Quid de l’apport communicationnel des réactions Facebook ?

Ce détail n’aura échappé à personne : le bouton « Je n’aime pas » ne fait pas partie des nouveautés. L’explication des équipes de Facebook est simple : de la même façon que le bouton « J’aime » était trop limité dans certaines situations, un bouton diamétralement opposé semblait trop binaire. Le but n’est pas de favoriser le bashing, mais de proposer aux utilisateurs du réseau une palette plus large de moyens d’empathie. Voici donc les 6 nouvelles réactions Facebook avec leur dénomination :

fb like « J’aime » : il n’a pas changé, il exprime toujours l’adhésion positive à un sujet.
fb love « J’adore » : c’est le « super J’aime », il exprime la passion.
fb lol « Haha » : il reflète le rire, voire la moquerie.
fb wow « Wouah » : c’est l’effet « wow » en marketing, il exprime également la stupeur.
fb sad « Triste » : c’est la réaction qui manquait à l’annonce d’une mauvaise nouvelle.
fb angry « Grrr » : la colère est assez clairement retranscrite ici.

A la manière d’un « Inside Out » de Pixar, nos émotions nous décrivent et nous façonnent : ces interprétations sont forcément subjectives, et varieront bien évidemment selon chacun.

 

Pour les marques, Facebook est transparent : la firme n’a pas encore intégré la différenciation de ces émotions dans son algorithme. Actuellement, un post recevant X « Grrr » sera remonté de la même façon qu’un post avec X « J’adore ». On sait cependant qu’une équipe d’ingénieurs travaille activement sur le machine-learning, afin de créer un algorithme capable de comprendre l’intention de l’internaute, derrière son langage et ses réactions. Les émotions Facebook pourraient donc être une astuce pour faire avancer cette technologie.

Passé la période d’adoption par les utilisateurs, il sera intéressant de voir les tendances émerger chez les consommateurs : les interactions seront encore plus précises, plus sévères aussi. Une occasion en or pour la marque d’interagir bien plus étroitement avec ses clients et de savoir plus précisément ce qu’ils ressentent.

 

Au-delà des posts de la timeline Facebook, quand sera-t-il possible d’utiliser les nouvelles émotions Facebook pour des pages et non des posts (le simple « J’aime » une page ne suffit pas) ? Et pour des contenus extérieurs à Facebook comme c’est déjà le cas avec le bouton « J’aime » ? A suivre…

 

 

Sources :

http://www.techinsider.io/why-facebook-didnt-make-dislike-button-2016-2

http://newsroom.fb.com/news/2016/02/reactions-now-available-globally/

http://newsroom.fb.com/news/2016/02/news-feed-fyi-what-the-reactions-launch-means-for-news-feed/

http://www.blogdumoderateur.com/facebook-reactions-deploiement-impacts/

Charger les commentaires

Laissez un commentaire :

  • (will not be published)