Coupe du Monde 2014 : le digital au coeur du mondial

0

#CDM2014

4 ans que les amateurs de ballon rond l’attendaient : la #CDM2014 de « futbol », organisée par le pays où les maillots sont brodés de 5 étoiles et où le foot semble être une véritable religion. Avant même la cérémonie d’ouverture (le « We are one » de Pitbull résonne encore dans vos têtes, avouez-le) la Coupe du monde de 2014 affichait plus de tweets au compteur que n’en comptabilisait la précédente pendant toute la durée de la compétition. A croire que tous les matchs ne se jouent pas sur les pelouses brésiliennes cette année.

Les annonceurs ouvrent le score

Quand Nike parie sur le « Risk everything », Adidas donne le choix du « All in » ou du « nothing » aux afficionados des crampons. Les partisans du « all in » peuvent ainsi vivre l’expérience worldcup 2014 aux côtés de la marque et recevoir du contenu exclusif via Twitter ou directement par mail. Pour jouer les champions, les plus geeks d’entre eux pourront même s’offrir le Micoach Smart Ball, ballon connecté enregistrant différentes données de jeu comme la puissance des tirs ou la trajectoire.

Mais Nike a su montrer qu’il en avait davantage dans les jambes, toujours partant pour profiter d’un contre favorable. Il reste le grand favori de l’évènement, enregistrant 7 millions de vues en moins de 24 heures sur Youtube avec son film d’animation « The Last Game » lancé le 9 juin.

Pas de mi-temps sur Twitter

Chez les joueurs on compte les points. Lionel Messi occupe le haut du classement générant 71743 tweets à son sujet, suivi de près par Cristiano Ronaldo et Wayne Rooney. Côté français, c’est Antoine Griezmann (et non la charmante compagne de Nasri qui avait pourtant bien tenté sa chance) qui peut se targuer d’être le sportif numérique de l’année. Décerné la semaine dernière lors de la 4ème édition des rencontres Sport Numéricus , le prix récompense notamment sa présence numérique maîtrisée et sa proximité avec les fans.

Twitter a bien compris l’enjeu de l’évènement pour les supporters, bien avant la tête en lévitation de Van Persie ou le coup de canine de Suarez.

Barthélémy Collin, responsable sport chez Twitter France explique :

« Le fan a toujours été à la recherche d’informations exclusives et de proximité avec les joueurs ou les clubs. […] Twitter lui permet d’aller encore plus loin dans son expérience. »

Chaque supporter a ainsi l’occasion de mettre son profil aux couleurs de son équipe, de consulter les scores et les matchs à venir, et de suivre les comptes des plus grands. Les hashtags se sont même transformés en hashflags innondant pendant un mois la twittosphère. On peut aussi noter la performance de Vine où fleurissent les images de jeu de moins de 6 secondes.

Facebook se montre peut-être un peu plus timide sur le dispositif mis en place : une page trending world cup hub regroupe tous les posts de la Coupe du Monde. Le bonus : une map interactive permet de visualiser d’où viennent les fans des plus grands joueurs.

Passements de jambes en multicam

Rachetant les droits de diffusion de l’intégralité des matchs pour 50 millions d’euros, beIN Sports devait également assurer côté digital. Outre la mise en ligne d’un site dédié, la chaîne propose du contenu multi-écrans et une application mobile pour ne rater aucune minute de jeu.

Constatant que les foyers recevant exclusivement la télévision par TNT ne pouvaient souscrire à un abonnement, BeIN a même investi dans une offre OTT. Disponible via un player, elle permet de choisir parmi 6 angles de caméra différents. Le même service est proposé par Tf1 dès l’échauffement des équipes. Olivier Abecassis, directeur de e-TF1 présente le disposif :

« Pour ceux qui veulent prendre de la hauteur, la vue aérienne, ou tactical cam, permettra de mieux observer les placements des joueurs, les dispositions tactiques et les stratégies mises en place. […] »

Coup franc dans le mur (de frites)

McDonald’s, l’un des plus gros sponsors officiels de la compétition (et fournisseur officiel des supporters affamés) a revu le packaging de ses frites pour l’occasion. 12 versions différentes sont ainsi proposées, réalisées en collaboration avec des artistes du monde entier. Une nouvelle direction artistique mais pas seulement !

La marque propose un jeu basé sur la réalité augmentée à travers son application mobile Gol, disponible sous iOS et Android. Il suffit de scanner son carton de frites pour que l’application reconnaisse le design et lance le jeu. Ne reste plus qu’à invoquer l’esprit de Maradona et tirer dans le carton transformé en cages. D’autres fonctionnalités sont aussi disponibles, permettant notamment de se prendre en photo et se maquiller aux couleurs de son équipe.

La grande finale aura lieu le dimanche 13 juillet au Stade Maracana de Rio. D’ici là, nous avons encore le temps de faire des pronostics et de manger des frites en criant « gooooool ». A vos tweets !

Charger les commentaires

Laissez un commentaire :

  • (will not be published)