Extensions de communication, d’images et de vidéos : sortez les armes lourdes sur Google Adwords !

6

313302_289396571088270_1953916657_n

Début juin, petit raz-de-marée dans le monde de Google Adwords : des extensions d’images seront bientôt diffusées dans les liens sponsorisés ! Il faut avouer que, ces derniers temps, ça bouge chez Google, qui redouble d’efforts pour nous proposer des formats Adwords de plus en plus attirants ! Voici donc un état des lieux des principales nouveautés orientées « visibilité » dans les extensions d’annonces !

Un acteur obligé d’innover

Google est connu pour ses superbes campus à base de jeux, de salles de décontraction et de repas gratuits qui font rêver plus d’un étudiant en web ! Toutefois, il faut reconnaître que le géant du web ne chôme pas et qu’il parvient à faire face à une concurrence toujours plus féroce. L’arrivée de Facebook, aidé de sa quantité d’inscrits spéctaculaire (divulguant volontairement des quantités de données hallucinantes, mine d’or inespérée pour les annonceurs) a permis la mise en place de formats publicitaires, les Facebook Ads, particulièrement séduisants pour des annonceurs qui souhaitent de plus en plus toucher une population bien ciblée. De son côté, Twitter avec ses Twitter Ads tente de profiter de sa position de leader dans la conversation quasi-instantanée pour proposer des formats donnant aux annonceurs le moyen d’être vu au cœur d’une actualité chaude et pertinente. Ajoutez à cela que les deux concurrents disposent de moteurs de recherche sur leur plateforme permettant le ciblage par mots-clés et vous obtenez là un sérieux problème pour Google !

Face à ses deux mastodontes, Google garde toujours la main-mise sur les moteurs de recherche avec plus de 90% d’internautes français (source : webrankinfo.com) l’utilisant notamment, mais il est certain que, face aux deux géants (et les autres solutions telles que l’Ad Exchange qui ne sont pas négligeables), il ne peut pas se permettre de s’endormir sur ses lauriers. C’est dans ce contexte que le groupe de Mountain View lance petit à petit de nouveaux produits plus séduisants les uns que les autres. Il n’y a qu’ à consulter la page détaillant les innovations de Google pour juger des nombreux dispositifs encore en bêta. Les liens sponsorisés ne sont pas oubliés et, via le développement des extensions, deviennent des formats publicitaires de plus en plus attrayants, gagnant surtout en visibilité dans un environnement devenu très dense.

Des annonceurs à la recherche de plus de visibilité

Sur le réseau Search, les liens sponsorisés se ressemblent. Certes, des extensions existent déjà permettant d’aller plus loin et de faciliter l’expérience utilisateur. L’extension d’appel ou d’offre permet ainsi à l’utilisateur d’appeler en cliquant sur un simple numéro de téléphone incorporé dans l’annonce ou d’imprimer des bons de réductions utilisables en magasins.

Les extensions de liens annexes sont un premier pas vers plus de visibilité. Diffusés lorsque l’annonce est en première position, ces quatre liens secondaires permettent à l’annonce de prendre plus de place et de ressortir en haut-de-page. Bon début, mais le format reste encore trop textuel et une marque ressort difficilement.

Google s’oriente alors de plus en plus vers des contenus plus visuels, au potentiel de visibilité nettement supérieur. L’extension de produit illustre parfaitement l’effort naissant. Via la création d’un espace sur Google Merchant Center, l’annonceur peut mettre en avant ces produits au sein de ses annonces avec notamment des visuels et des avis de consommateurs. Toutefois, cette extension nécessite la mise en place d’un compte Google Merchant Center ce qui peut s’avérer compliqué et surtout pas forcément pertinent pour certains annonceurs comme ceux du secteur tertiaire.

C’est dans cette course à d’armement visuel et de guerre à la visibilité que Google s’est décidé à déployer ses plus beaux outils. La mise en place de visuels type images ou vidéos au sein des annonces devient alors plus simple et surtout à la portée de tous les annonceurs.

L’extension de communication

Extension communication AdWords 2

Déjà évoquée au sein du blog, l’extension de communication (ou de newsletter) a été un premier ajout intéressant en 2013. Grâce à un champs dans l’annonce, l’internaute peut s’abonner à une newsletter. Grâce à un choix de 5 boutons, les call-to-actions sont nombreux et gagnent en précision : inscription à une newsletter, à des alertes, à des mises à jour, à une marque ou encore à des offres. Utile pour enrichir davantage sa base e-mailing, cette extension est aussi un bon moyen de gagner en visibilité. L’annonce prend plus de place et le champ de saisie différencie l’annonce. Evidemment, le changement n’est pas frappant mais c’est une première étape pour ceux qui veulent se démarquer dans ce contexte hyper concurrentiel.

Les premiers utilisateurs témoignent de cet intérêt secondaire. Les internautes semblent encore fébriles mais certains annonceurs préfèrent la garder pour la visibilité que les extensions acquièrent. Attendons un peu que la pratique devienne plus répandue pour que l’utilité principale de cette extension se fasse ressentir et que les adresses collectées se multiplient.

Présenter lors d’une conférence Google à Paris évoquée sur le blog en février, cette extension devait sortir dans courant juin. Elle devrait donc être accessible à tous très prochainement.

L’extension d’images

Comme expliqué plus haut, l’annonce de l’arrivée de cette nouvelle extension n’a pu échapper à aucune personne un minimum intéressée par le SEM. Cette extension révolutionne le lien sponsorisé en cassant l’image même du lien sponsorisé purement textuel. Grâce à cette extension, Google décide donc de faire évoluer les liens vers l’image. Bien sûr, il en était déjà question avec l’extension de produit. La grande nouveauté réside alors dans la fin de l’obligation d’avoir un produit vendu sur Google Merchant Center pour pouvoir diffuser des images de ces produits.

Le procédé est simple. L’annonceur fournit à Google 5 images maximum qui vont tourner, 3 images s’affichant et illustrant ainsi le produit ou la marque quand l’annonce est en première position. Afin de garder un niveau de qualité optimal, Google est très attentif à la qualité des visuels. Évitez donc les images pixelisées. De plus, l’annonceur doit être propriétaire des droits d’auteur comme dans toute utilisation d’un contenu à vocation commerciale.

Dans une logique SEM, il est fortement conseillé de mettre en place des images qui illustrent au mieux le groupe d’annonces et les mots-clés concernés. En effet, un clic sur l’image conduira à la page de redirection sélectionnée dans l’annonce. Dans l’optique d’éviter un taux de rebond élevé et pour plutôt maximiser les retombées en terme de génération de trafic ou de conversion, il vaut mieux que l’image soit pertinente et précise. Prenons par exemple un vendeur de fleurs. Si ces images montrent des roses, des marguerites et des lys et qu’elles renvoient vers la page des pâquerettes, il est certain que le taux de conversion sera très bas. A l’inverse, si l’annonceur avait mis des images de roses de différentes sortes pour illustrer son groupe d’annonces « Roses » avec une page de redirection mettant en avant les différentes sortes de roses, il y a fort à parier que le taux de rebond sera très faible et le taux de conversion bien meilleur. Comme pour tout dispositif Adwords, il vaut mieux une arborescence la plus précise possible pour proposer des annonces hyper pertinentes et ROIstes.

Cette extension est en bêta, en audience limitée et accessible uniquement en anglais. Toutefois, la version française pourrait être lancée dans le courant de l’été.

L’extension vidéo

Connue depuis 2012, cette extension va permettre aux annonceurs disposant de contenus vidéos publicitaires de les utiliser pour détailler leurs produits directement sur le moteur de recherche. Imaginez un peu : vous souhaitez mettre en avant une destination que propose votre agence de voyage ou bien mettre en avant les avantages de votre produit, l’internaute n’a même plus besoin de quitter le moteur. Il a simplement à cliquer sur une icône d’expansion pour faire apparaître la vidéo puis sur l’URL de destination à la fin de celle-ci. Encore une fois, cette extension sera diffusée quand l’annonce sera en première position.

Pour comprendre le potentiel de cette extension, il faut se rappeler que la vidéo est le format publicitaire le plus engageant avec un taux de clic moyen de 1,93% (pour 0,10% environ pour les bannières). Les liens sponsorisés sur le réseau Search de Google étant hyper qualitatifs car répondant directement à une requête de l’internaute, vous comprendrez combien il va être primordial de se lancer sur l’extension dès sa sortie. Ce format va devenir un moyen incontournable pour donner de la visibilité à une marque ou à un produit.

Extension également en bêta et en audience limitée, le whitelisting est nécessaire pour devenir un des rares privilégiés. L’utilisation pour la vente du produit Animal Crossing en France indique toutefois que son lancement en France est possible.

Les formats des liens sponsorisés changent donc mais une chose reste la même : d’après le mode de diffusion de ces extensions, la première position va devenir aussi recherchée que le Graal ! Il va donc falloir continuer à optimiser son quality score pour obtenir des CPC plus faibles, générateurs de meilleures positions pour des coûts moindres.

Charger les commentaires

6

Commentaires

  1. Aurélien Habiak Répondre

    Bonjour,
    Merci pour votre message. 🙂
    C’est vrai qu’avec le fort dynamisme de Google en ce moment, il s’avère primordial d’en profiter pour mettre en place des campagnes les plus qualitatives possible ! Google est le principal carrefour d’audience sur le web en France, il ne faut donc pas le négliger. 😉

    Aurélien

  2. Aurélien Habiak Répondre

    Bonjour,
    Google est un monstre mais ne peut pas rester sans innover face à la montée des concurrents. On devrait donc voir encore pas mal de jolies nouveautés arrivées ces prochains mois. 🙂

    En tout cas, on est loin du moteur de recherche hyper textuel et pas très attractif.

    Aurélien

  3. Bastien Répondre

    Bonjour X Prime !

    Auriez vous s’il vous plait l’origine de cette stat: la vidéo est le format publicitaire le plus engageant avec un taux de clic moyen de 1,93% (pour 0,10% environ pour les bannières)

    Merci ! 🙂

  4. Aurélien Habiak Répondre

    Bonjour,
    Les statistiques sont disponibles sur le site IAB sur ce lien http://www.iabfrance.com/?go=edito&eid=486

    Les 0,10% sont une moyenne très globale observée sur plusieurs campagnes. Bien sûr, au moyen de formats très premium (notamment ceux qui donnent une interaction entre l’internaute et la bannière), il est possible d’atteindre de plus haut taux de clic. De plus, les formats sur smartphones et tablettes obtiennent d’excellents résultats.

    J’espère avoir répondu à vos question. 🙂

    Bonne journée.
    Aurélien

Laissez un commentaire :

  • (will not be published)