Paris Web 2012 : retour sur les moments forts

1

parisweb2012

Pour la troisième année consécutive, X-PRIME s’est rendu à Paris Web, les 18 et 19 octobre.

Si vous ne connaissez pas cet évènement, c’est un cycle de conférences qui « explore les thèmes de l’accessibilité, du design numérique et des standards ouverts« . La baseline de l’évènement résume à elle seule l’objectif des organisateurs : « Web design, qualité et accessibilité ». Vous comprendrez que c’était un évènement à ne pas rater !

Au total, près de 500 participants, réunis pendant 2 jours dans les locaux d’IBM forum à Bois-Colombes, pour être plus précis. En nombre réduit le samedi, une journée d’atelier permettait d’explorer ces thèmes par la pratique.

Vous pouvez donc aisément comprendre l’importance d’un tel rendez-vous pour nous. Le web se développe, se construit à plusieurs. À plusieurs en agence, mais également par son pendant communautaire en dehors de celle-ci. Les bonnes pratiques se partagent, nécessitent des retours d’expérience… Pour cela, on peut se croiser « in real life » c’est plus agréable.

Pour aller un peu plus loin, au-delà du versant R&D qui est développé tout au long de l’année en agence, l’intérêt de telles rencontres est la verbalisation, la formulation de ce que nous percevons le reste de l’année, dans le quotidien d’un environnement de production. Ce sont de véritables moments de « pause », qui nous permettent de prendre du recul sur notre pratique, au travers des conférences, mais également des personnes rencontrées et bien évidemment de repartir avec de nouvelles idées à mettre en œuvre.

Nous étions 2 (intégrateurs / développeurs front-end) à nous rendre à Paris. Nous nous sommes partagé les différentes conférences réparties dans trois salles, selon nos centres d’intérêt, mais également par curiosité pour certaines, de façon à conserver une vision globale de notre métier. Pour autant, nous n’avons pas pu assister à toutes les conférences – ce qui fut parfois frustrant.

Nous n’allons pas ici vous décrire toutes les conférences, elles seront mises à votre disposition en vidéo sur le site de Paris Web, mais vous lister celles auxquelles nous avons assisté et vous en retracer les grandes lignes.

Design :

Les designers (au sens anglo-saxon du terme, du graphiste au développeur en passant par le concepteur) sont responsables de ce qu’ils donnent à voir au monde. Leur travail a un réel impact sur notre environnement, il est impératif de garder cet état de fait en tête, dixit la conférence de Mike Monteiro. Pour ça, penser le design en terme d’histoire, de grammaire peut être une approche, le storytelling devient un outil de conception web. Que racontons-nous à nos utilisateurs, nous demande Denise Jacobs ?
Enfin, comment innover, comment imaginer le web de demain, ou même en sortir ? Comment anticiper son évolution ? Quelle méthodologie les designers peuvent-ils mettre en œuvre pour créer ? Pour Dominique Sciamma il faut sublimer la raison, rêver des usages et bricoler des solutions. Pour autant on ne part pas de rien, toute une culture graphique nous précède. Justement, quelle est l’influence du Bauhaus dans le digital ? Guillaume Abel nous en rappelle les principales influences (« Less is more », « Form follows fonction »…). Bref, Walter Gropius à l’heure d’internet !

Design et technique :

Les technologies web évoluent rapidement, c’est un fait. Toute une palette de typographies s’offre à nous. Pour autant une telle diversité implique de suivre encore plus scrupuleusement certaines règles. Marko Dugonjić nous en a fait la démonstration visuelle et technique, jouant sur les interlignes, les choix typographiques, les règles de lecture… Le web est essentiellement constitué de texte. Pour autant, celui-ci doit aujourd’hui s’adapter à toutes formes de devices. Le responsive design est là pour ça. Vitaly Friedman nous a présenté différentes techniques pour optimiser nos design, et nous a également démontré que celui-ci ne devait plus être pensé en terme de bloc mais de hiérarchie d’information, afin de fluidifier son rendu sur les différentes résolutions. Pour cela le CSS évolue, nous offrant régulièrement de plus en plus de possibilités. C’est ce que Daniel Glazman nous a présenté en nous parlant de flot de texte, de variable CSS, de modes de fusion d’image…

Ergonomie / UX :

Je l’ai précisé plus tôt, le web, c’est beaucoup de texte. Comment les utilisateurs lisent-ils ? En passant du livre au digital, on se retrouve face à une multiplication des supports (mobile, tablette, ordinateur de bureau, liseuse…) et des formats (site internet, flux RSS, agrégateur…). Grandin Donovan et Claudio Vandi nous ont détaillé toutes les tendances ergonomiques actuelles.
Comme pour beaucoup de sujets traitant de l’ergonomie, les tests utilisateurs ont une place particulière dans le processus. Christian Bastien est revenu sur la place et l’intérêt de ces tests dans le processus de conception ainsi que sur la méthodologie à suivre pour des tests distants.

Retours d’expérience :

Je vous ferais bien le couplet comme quoi le web ce n’est pas que des serveurs, ce sont aussi des personnes qui travaillent avec envie pour monter des agences, des projets, des équipes… J’en ai bien envie… Du coup, je me lance !
Ce ne sont jamais des règles prophétiques qui nous on été exposées, mais bien des expériences qui nous ont été racontées, desquelles on peut s’inspirer pour s’améliorer, évoluer… Julien Fusco et Anne-Sophie Tranchet ont monté une équipe de développeurs, et nous ont expliqué leur méthodologie. Cyril Balit nous a décrit la réorganisation du pôle « Développeur front-end » au sein d’Ekino (équipe de 34 personnes), ainsi que la mise à plat des process de travail. D’autres ont créé leur poste comme Florian Harmel (Creative Technologist), pour faire le lien entre les différentes équipes créas, technique et marketing, pour rechercher des prestataires, suivre les tendances et être un lien entre la technique et les clients. Travailler ensemble est une problématique globale, Scrum, un outil à cette problématique. Stéphane Langlois nous a fait un retour sur la mise en place de cet outil en agence.
Certains retours d’expérience sont plus techniques (oui, parce qu’il n’y a pas que de l’humain dans le digital, il y a aussi des machines…). Bruno Michel et Anne-Sophie Tranchet nous ont fait un retour sur le développement d’une application mobile et les avantages et inconvénients d’une application native, hybride ou 100% web.
Avoir une équipe, des technologies de pointe c’est bien. Avoir également des données et du contenu, c’est mieux. Mais comment doit-on le gérer à l’heure de l’open-data ? C’est ce que nous ont expliqué Élie Sloïm et Pascal Romain. L’open source comme l’open data ne signifie pas simplement ouvrir, « offrir » ses données. C’est également faire un suivi, de la documentation, pour pouvoir avoir un retour.

Technique :

Les APIs, Luz Caballero nous a présenté les possibilités de navigation/interface qu’elles nous offrent (utilisation des gyroscopes d’un mobile pour contrôler une interface ou de la navigation web, détection des déplacements…). Il a également été question de cartographie. Quelles sont les alternatives à Google Maps ? Quelles sont les prochaines évolutions ? C’est ce que nous a expliqué Benjamin Becquet.
Coté HTML5, « applicationCache » est en devenir, mais son fonctionnement n’est pas encore optimisé aujourd’hui. C’est ce que nous a démontré Jake Archibald.
Un peu de gaming également. Horia Dragomir nous a montré comment développer des applications, des jeux sur mobile. Quels sont les obstacles, comment les franchir ?
Le web est par certains côtés propriétaire (appstore, OS fermé…). Mozilla, il y a quelques années, avait remédié à ça en lançant Firefox pour contrer l’hégémonie d’un certain IE. Aujourd’hui, on peut penser que le même phénomène est en train de se reproduire dans le domaine du mobile. Même maux, même remèdes, Mozilla lance « Boot 2 Gecko », un OS pour mobile, libre, entièrement construit en HTML, CSS et JS. En plus on a eu le droit à une démo, merci Anthony Ricaud !
Il faut ajouter à cette liste les miniconfs, qui dans un format court de 15 mn, présentaient rapidement un point précis :
Vous trouverez plus d’informations en suivant ces liens :
  • sur le site de Paris Web
  • en lisant l’article publié sur Ecrans.fr consacré à cet événement (site de Libération)
Si ce premier article reste descriptif, 1 ou 2 autres vont rapidement suivre pour s’attarder sur quelques points qui nous semblent important à mettre en avant.
Pour terminer, nous tenons à remercier le staff de Paris Web, qui, une fois encore, a su parfaitement organiser cet évènement.
Charger les commentaires

1

Commentaire

Laissez un commentaire :

  • (will not be published)