App.net : LE nouveau réseau social ?

1

appnet-article

A l’heure où les publicitaires auraient peut-être pris trop de place sur les Facebook, Twitter et consorts, Dalton Caldwell, jeune entrepreneur récidiviste nous présente son nouveau bébé : app.net, un réseau social entièrement financé par ses membres. Fini les publicités, fini les publicitaires, place à l’expérience utilisateur qui devient le seul objectif de la start-up !

Et l’histoire commence plutôt bien. Via un système de Kickstarter,  il fallait 500 000$ pour démarrer le projet, l’équipe de concepteurs est déjà parvenu à réunir 700 000$ ! Et cela ne fait que commencer… Ce qui n’est pas sans rappeler le lancement de Diaspora, Facebook alternatif qui avait réussi à lever 130 000 dollars en 2010 contre 10 000 euros espérés. Axé sur le respect de la vie privée, le lancement avait été reporté à fin 2012.

Et sinon, ça ressemblerait à QUOI exactement ?

Le fonctionnement semble largement (oui très largement !) s’inspirer de Twitter : on retrouve le fameux pseudonyme avec le @ initial tout comme la célèbre liste de messages Twitter, réponses, followers, followings ou encore les tags accompagnés du signe # avec toutefois 256 caractères maximum ! A la différence que l’on doit s’acquitter de 50$ par an (40€ environ), 100$ pour les développeurs et 1000$ pour les professionnels.

 

Au final, pourquoi je mettrais 40€ sur quelque chose qui existe déjà ?

Dalton Caldwell te répondra : « Nous construisons un service social en temps réel où les utilisateurs et les développeurs arrivent en premier, pas les publicitaires », « Nous estimons que les réseaux sociaux basés sur la publicité vont systématiquement et inextricablement à l’encontre des intérêts des utilisateurs et des développeurs, que quelque chose doit être fait ». A cela, il faudra sans doute ajouter de nombreuses fonctions supplémentaires telles qu’un service chat, du flux RSS, des modules supplémentaires appelés « apps ». Quant aux développeurs, ils bénéficieront a priori d’un large éventail d’outils pour construire leurs applications avec un API dédié pour attirer de nouveaux membres.

Bref…

Même si ce réseau social pourrait véritablement parvenir à percer, il n’est pas sûr que tout le monde soit prêt à débourser un peu plus de 40€/an pour un Twitter sans pub avec 116 caractères en plus. D’autant que selon le site Slashgear, les membres des réseaux sociaux actuels n’ont pas vraiment l’air de se plaindre de la publicité sur laquelle les développeurs de Facebook ou Twitter prennent un soin particulièrement important à ne pas rendre envahissantes.

Par ailleurs, sur les 10 000 participants, un chiffre absolument microscopique comparé aux 900 millions d’inscrits sur Facebook et aux plus de 550 millions d’utilisateurs de Twitter, l’immense majorité de la communauté est anglophone ! Il y a fort à parier qu’App.net ne puisse jamais devancer les poids lourds actuels, ce réseau social semblerait plus représenter un complément pour les geeks à Twitter et Facebook en raison d’un prix prohibitif pour le service rendu.

Enfin, de nombreux programmes permettent de se débarrasser des pubs tels que tweetbot pour Twitter ou encore Adblock ou AdThwart pour Facebook. Alors pourquoi payer ?

App.net n’est qu’au stade des promesses… Seront-elles réalisées dans les mois qui suivent ? L’avenir nous le dira…

Charger les commentaires

1

Commentaire

  1. Eau Répondre

    La raison principale n’est pas la pub.
    La raison principale est que Twitter se coupe de toute la base des développeurs qui ont aussi généré le succès de Twitter et inventé un certain nombre de concepts qui font maintenant partie de Twitter (@reply, #Hastag, les clients Twitter).
    Twitter s’en coupe en restreignant considérablement tout accès au flux Twitter pour les développeurs, en posant des conditions et en ne montrant pas de prédictibilité dans ses relations avec les développeurs.
    Certes, il est évoqué comme cause première la pub mais n’aurait empêché Twitter de laisser un espace de liberté pour les développeurs pour créer de nouvelles idées.
    Aujourd’hui la rupture paraît maintenant consommée.

Laissez un commentaire :

  • (will not be published)