La place du mobile dans notre quotidien : partout, tout le temps

2

Super mobile

Aujourd’hui sur Blogoergosum on va parler d’un superhéros un peu particulier, celui à qui on pourrait bien confier les clés de la ville dans un futur proche !

L’envol du supermobile

Les chiffres sont au vert

C’est désormais ce que l’on peut appeler une tendance de fond en ce qui concerne le numérique et Internet, l’utilisation du mobile est en croissance et représente(ra) le cheval de bataille des réseaux sociaux, de la publicité, et de manière générale de tous les services innovants qui pourront sortir du lot en matière de mobilité. Les chiffres l’attestent :

  • D’après une étude de Ericsson, le nombre d’utilisateurs d’Internet mobile au niveau mondial devrait croître de 60% par an au cours des 5 prochaines années, soit une multiplication par 10 du trafic de données.
  • En France, une étude de Médiamétrie a montré que 18 millions de Français ont consulté Internet depuis leur mobile en 2011, soit 34% de plus qu’en 2010.
  • Quant au marché des smartphones, estimé à 12 millions d’unités vendues en 2011 (+76% par rapport à 2010), il devrait tripler d’ici à 2015 en France (étude GFK).

On comprend donc l’intérêt des grands de l’industrie numérique (Apple, Samsung…) et du web (Facebook, Google…) devant les opportunités offertes par le mobile.

« Cent vingt-huit ans avaient été nécessaires pour faire entrer le téléphone fixe dans le foyer d’un milliard de personnes. Il en aura fallu à peine vingt pour donner accès au téléphone mobile à six milliards de personnes, soit plus des trois quarts de l’humanité » (LeMonde.fr, d’après un rapport de la Banque Mondiale).

Le nomadisme ouvre de nouvelles opportunités

Au-delà de la navigation classique sur internet, le mobile offre surtout la possibilité de repenser certaines habitudes, de profiter IRL (in real life) d’une fenêtre sur le web et de la richesse de son contenu. Sans parler de simplifier certains gestes quotidiens ! Nous allons voir plus en détail quelles sont les grandes possibilités offertes par le mobile : transports, shopping, recommandations sociales…

La journée mobile de demain

« On va bouger bouger »

NFC métro

Le NFC dans le métro

La journée commence par le petit déjeuner et la consultation sur le mobile des Google alertes tombées pendant la nuit, un petit checking de Facebook et Twitter, et puis direction le boulot. Pour prendre le métro, je sors mon smartphone, le passe devant la borne NFC et le tour est joué ! Sorti du métro, une grève des bus perturbe les transports, et je ne sais pas quand passera celui qui doit m’amener sur mon lieu de travail… mais la compagnie a prévu un QR code affiché dans l’abri-bus, qui me renvoie vers un site mobile et une actualisation du trafic en temps réel. Malheureusement, pas de bus à venir sur cette ligne avec la grève… No stress, je lance mon application mobile d’autopartage, qui va me permettre de trouver une voiture disponible à la location près de moi. En quelques minutes, voilà mon moyen de transport trouvé, payé en ligne, moi dedans grâce au NFC et à l’autorisation que je viens de recevoir et qui m’a permis d’ouvrir la voiture. Arrivé au travail, je me gare et laisse ma voiture, elle profitera à un autre autopartageur ! Avant d’entrer dans l’immeuble du bureau, je croise un collègue qui est en train de payer sa place de parking en scannant le tag NFC (m-parking) apposé sur l’horodateur.

« Let’s have some fun »

Drinkon.me l'appli pour payer ses coups

Avec Drinkon.me, j'offre mes tournées

En fin d’après-midi, une fois sorti du travail (grosse ellipse temporelle, mais un peu de sérieux, on n’utilise pas son smartphone pour jouer à Anrgy Birds ou Doodle Jump pendant les horaires de boulot), je me dis qu’un petit verre avec des amis me ferait du bien. En consultant Foursquare, je constate qu’ils ont déjà un verre d’avance, tous attablés qu’ils ont l’air d’être au Chez Dédé, le bistrot du coin ! Arrivé sur place et de bonne humeur, je décide de payer ma tournée aux copains avec mon application Drinkon.me. On s’installe tous en terrasse… le plateau de la table que nous partageons laisse entrevoir une publicité pour les crédits proposés par une banque… ça tombe bien, voilà un moment que je m’intéresse à la chose… Je scanne donc le QR code apposé sur la publicité et obtiens d’avantage d’informations sur la page qui apparaît. Le temps file et il me faut passer faire quelques courses avant de rentrer, je quitte donc tout le monde, direction le métro et le supermarché !

Achetons connectés

Scan QR code packaging

Les QR codes sur les packagings

Dans le magasin, le mobile m’est aussi d’une grande utilité ! Pour ne rien oublier en faisant mes achats, j’ai préparé ma liste de courses dans mon appli dédiée, que ma copine peut également modifier en collaboration depuis son propre smartphone (le lait a disparu de la liste, je suppose qu’elle en a donc acheté de son côté…). Devant la diversité et la multitude d’offres, j’hésite parfois à prendre tel ou tel produit. Pour m’aider, j’utilise mon application de comparaison des prix (comme Quiestlemoinscher), je scanne les QR codes sur les packaging et interagis avec ces derniers via la réalité augmentée ! Désireux de m’acheter par ailleurs un nouveau tee-shirt, j’arpente les allées du rayon vêtements, inspectant les cintres… Celui sur lequel je pose les yeux affiche un nombre important : ce n’est pas son prix, mais le nombre de personnes qui « aiment » le produit sur Facebook ! Et effectivement, pas mal du tout ce tee-shirt, hop, dans le panier :P

Vient le moment de payer. Je sors à nouveau mon téléphone pour présenter le code barre de ma carte de fidélité du magasin, grâce à une application qui permet de gérer mon portefeuille de cartes de fidélité (comme FidMe). Puis je déverrouille mon portefeuille virtuel (Google Wallet, Apple Passbook, Microsoft Wallet…) et effectue le paiement en plaçant mon mobile près de la borne de contact de la caisse. Simple comme bonjour ! La journée touche à sa fin et mon mobile m’a bien aidé !

Avant de jouer au superhéros, assurer les bases

L’usage effréné du smartphone soulève toutefois quelques défis : avant de parler de révolution, il va bien falloir que nos jolis smartphones assurent le coup !

Améliorer l’autonomie des devices

Le premier des défis est bien sûr lié à l’autonomie des appareils mobiles : dur dur aujourd’hui de surfer pour lire l’actualité, d’écouter de la musique, de lancer des applications, et de tenir plus d’une journée sans recharger son téléphone ! Alors imaginez, surcharger un peu plus cette utilisation quotidienne, c’est risquer de diminuer encore un peu plus l’autonomie des appareils… et de se retrouver coincé avec un smartphone hors d’usage à un moment critique (comme prendre le métro en badgeant avec son téléphone) ! Les constructeurs doivent donc encore et toujours chercher le moyen d’améliorer l’autonomie des batteries… sans toutefois dégrader l’expérience utilisateur (poids, épaisseur…). Quand on voit les progrès qui ont été faits du côté des laptops (comme pour le MacBook Air ou les derniers MacBook Pro), on peut se dire que les possibilités sont sans doute là.

Sécuriser les technologies

Sécuriser les mobiles

Fiabilité et sécurité, une des clés du succès

Côté utilisateur, on va aussi chercher à s’assurer de la fiabilité et de la sécurité procurées par les nouveautés qui impliquent un accès direct à l’appareil et donnent lieu à des transactions monétaires. Pour que, par exemple, des solutions de paiement via mobile soient adoptées, il faudra s’engager auprès des utilisateurs et leur prouver la fiabilité des équipements et des services.

Démocratiser les équipements

A l’instar d’autres technologies, comme les carburants verts ou l’automobile électrique, la diffusion des technologies est soumise au développement des infrastructures qui permettent leur utilisation. Si à petite échelle (la mise en place par exemple de QR Code dans une boutique) ce processus est relativement rapide, il est malheureusement souvent beaucoup plus long lorsqu’il est réalisé à grande échelle : au sein d’une chaîne de supermarchés ou, pis encore, au sein des villes.

On pourra remarquer que ce développement des infrastructures, à petite ou grande échelle, implique une pluralité d’acteurs : commerçants indépendants, grandes entreprises, acteurs publics… Difficile donc, de mettre en branle la machine. Un des obstacles majeurs au blocage de l’avancée du progrès est par ailleurs dû à l’indécision. Si l’on souhaite faire avancer les choses, il faudra sûrement trancher en faveur de technologies plutôt que d’autres. Par exemple, choisir entre le NFC et le Bluetooth, et développer les infrastructures adaptées. De plus, en qui concerne les technologies de paiement, tout le monde veut avoir sa part du gâteau : opérateurs, banques, constructeurs. Des accords devront être trouvés.

Le mot de la fin

L’utilisation du mobile est donc en forte croissance, tendance qui devrait se confirmer dans les années à venir. On se rend compte, au travers des applications et du développement de nouvelles technologies (QR codes, NFC, réalité augmentée), que le quotidien en est changé, et le sera encore plus prochainement. Encore faudra-t-il que cette croissance du mobile soit bien accompagnée en termes d’autonomie, de fiabilité et d’équipements ! Super Mobile n’attend que ça, et nous aussi !

___

En complément, je vous invite également à consulter l’article « Le magasin, la prochaine frontière du digital« .
* Et pour ceux qui n’ont pas saisi les références « On va bouger bouger » et « Let’s have some fun » ;)

Charger les commentaires

2

Commentaires

  1. Thomas Répondre

    Il y a un point aussi qui devra être traité, c’est la solidité des appareils.

    Passer de plus en plus de temps sur un mobile c’est prendre le risque de le manipuler et de le faire tomber. Pour un iphone c’est une chance sur 2 de briser la vitre. Ce n’est pas un risque normal.

Laissez un commentaire :

  • (will not be published)