La vérité sur HTML5

4

illus

Certes le titre est un peu racoleur accrocheur. Mais j’entends, à juste titre, de plus en plus parler de HTML5 autour de moi. Il semblerait que ce terme – qui fait rêver tous les développeurs front-end – soit de plus en plus usurpé (et non, je ne balancerai pas de nom…). Il devient le lieu commun pour parler de CSS3, de javascript et bien plus… Cet article à donc pour vocation de mettre au clair ce qu’est le HTML5 et ce qu’il n’est pas.

Pour bien comprendre quelle méprise est à l’origine de mon propos, il faut se replacer dans le contexte « historique ».  Il me semble que le point de départ des dires (en tout cas de sa médiatisation) fût le lancement par Apple et Steve Jobs de son iPhone/iPod, qui a dit non à Flash – loin de moi l’idée de vouloir relancer ce débat sans fin, c’est juste un fait, en plus j’aime bien Flash aussi. S’ajoute à tout ceci des contraintes SEO de plus en plus poussées. Du coup tout le monde cherche une solution au même problème : « Comment faire des sites à forte valeur graphique, sans utiliser flash ? Je vous le demande… ».
Pendant ce temps là, du coté du W3C, de nouveaux standards HTML sont en court d’implémentation et de validation, sous le doux nom de : HTML5. On commence alors à en parler de plus en plus.

C’est peut-être de là que vient la méprise, les deux informations se sont croisées sensiblement au même moment, d’où la confusion. Les uns arguant que le HTML5 va remplacer flash, les autres que certainement pas, bref…

Le HTML5 a alors été identifié comme le moyen de faire des sites comme flash, c’est-à-dire avec une interactivité avancée, des principes de navigation plus expérimentaux en HTML… :

Mais c’est avant tout une combinaison de technologie, HTML, CSS et javascript (pour la partie navigateur), qui permet cette interactivité, le terme de HTML5 ne couvrant pas l’ensemble de ces outils.

Pour être clair, le HTML, est un langage de balisage. Il utilise donc des balises. Ces dernières sont des conteneurs pour de l’information. L’avantage du HTML5 c’est qu’il offre de nouvelles balises, plus claires, plus sémantiques (vidéo, svg, time, nav, article…). On peut donc gérer plus d’éléments, mettre plus de médias directement en HTML (et non plus avec flash) au sein d’une page web  et mieux les agencer – le site peut donc être mieux référencé… Pour résumer, le HTML permet d’intégrer des médias dans la page :

  • Du texte
  • Des liens
  • De la vidéo
  • Des images

Mais il ne permet pas d’animer, ni de colorer un site. Il affiche les informations les unes à la suite des autres dans la page, c’est à peu près tout et c’est déjà (très) bien.

C’est à ce moment là qu’arrive le CSS, le Javascript et ses frameworks (jQuery quand tu nous tiens…). Comme en cuisine, on ajoute du sel et du poivre dans le plat pour relever le tout (oui je sais, la comparaison est limite…), au HTML on ajoute ces deux derniers ingrédients pour faire monter le site. La CSS (3 à plus forte raison) permet d’ordonner tous ces éléments et de leur donner du style, jQuery le javascript de les animer (entre autres).

A noter d’ailleurs que si on peut commencer à comparer les sites HTML aux sites flash, c’est surtout grâce à l’utilisation et à la généralisation des frameworks Javascript, qui ont facilité et accéléré notre manière de coder, nous permettant d’aller plus loin dans l’interactivité d’un site et de jouer avec le HTML et le CSS.

Trouvez plus d’info technique sur le HTML5 et le CSS3 ici.

Et parce que je ne suis pas tout seul (merci Baptiste) :

Charger les commentaires

4

Commentaires

  1. switcherdav Répondre

    Et tu ne parles même pas des sites qui annonces que tel ou tel site web vient de migrer de flash à l’html 5 alors qu’il ne s’agit que de javascript

    Exemple Deezer, grooveShark, ici point de html5, d’ailleurs la balise audio n’est pas utilisée (pour des problèmes de téléchargement de la ressource je crois)

    Bref, depuis que Steve a dit que l’avenir c’était le html5, il y a méprise, sans parler que le site-vitrine html5 d’Apple ne fonctionne que sous SAFARI !!!!

    Les développeurs n’ont pas fini de développer des hacks css et autres

  2. flash is not dead yet Répondre

    Désolé, mais cet article ne dit rien sur pas grand chose … il y a à peu prêt un millier d’articles sur ce sujet … mais ils datent d’au moins 2 / 3 ans …

    l’HTML 5 comme tout le monde en rêve va falloir attendre au moins 2015 … 2016 …

    J’ai développé des site en HTML 5 … petit soucis … ils ne marchent pas partout … tous les navigateurs ne le supportent pas .. et encore moins sur les Ipad et autres Iphone …

    Donc Flash a encore quelques beaux jours devant lui …

  3. jean-charles Répondre

    @flash is not dead : Si je suis ta réflexion, quand tu dis « Donc Flash a encore quelques beaux jours devant lui », tu veux dire par là que tes sites fonctionnent sur Ipad et autres Iphone ? 😀
    Je serai en tous cas curieux d’avoir l’URL du site que tu as développé.

    Quand tu dis « il y a deux ou trois ans », je pense que tu voulais dire « l’an dernier » non ?

    Pour moi, cet article a justement le mérite de recentrer le débat : HTML5 n’est pas un « flash bis » (comme peut l’être un silverlight) !

  4. flash is not dead yet Répondre

    j’adore ce blog !!! qui n’édite que les commentaires allant plus ou moins dans le sens des articles …

    et qui ne laisse pas la possibilité à une personne d’avancer des arguments à un détracteur …

    no comment …

Laissez un commentaire :

  • (will not be published)